#1 [↑][↓]  12-09-2018 10:52:34

philouplaine
Copilote
Lieu: Toulouse
Date d'inscription: 07-06-2010
Renommée :   50 

[Réel] Boeing remporte le marché du futur drone embarqué de l’US Navy

Chers amis,
Je vous ai traduit un court article tout récent de FlightGlobal sur un programme de drones embarqués sur porte-avion que vient de remporter Boeing fin août dernier.
Bonne lecture ... en espérant que cela ous intéressera,
Philippe

Boeing Defense Space & Security réussit son premier gros coup commercial depuis dix ans
Source : FlightGlobal.com Par Garrett Reim (Los Angeles), 6 septembre 2018


Après avoir perdu de gros marchés auprès de l’Armée Américaine ces dix dernières années, la société BDS (Boeing Defense Space & Security), filiale militaire de Boeing, a finalement remporté le gros lot avec l’US Navy il y a quelques jours.

Le 31 août dernier, l’US Navy a officiellement retenu le projet de la filiale de Boeing, basée à Arlington en Virginie, pour développer son projet de drone embarqué MQ-25 Stingray, pour un coût de 805,3 millions de dollars (695 millions €).
Le contrat qui a été négocié est du type “fixed-price, incentive firm target contract” qui est un contrat type américain incitatif à prix fixe (avec un objectif ferme) spécifiant précisément un coût cible, un bénéfice cible, un plafond de prix (mais pas un plafond ou un plancher de profit) et une formule d'ajustement du bénéfice ; ces éléments étant tous négociés au départ. Le contrat porte sur les coûts de conception du drone, de développement et essais des prototypes, sur la fabrication et la livraison des quatre premiers drones MQ-25. Ces quatre engins devront rejoindre une unité opérationnelle sur porte-avion avant 2024. Le contrat précise enfin que, à terme, l’US Navy prévoit d’acheter 72 MQ-25 pour un coût de 13 milliards de dollar (11,2 milliards €)... mais ce sera un autre contrat.   
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               
En 2013, la marine des États-Unis avait lancé le programme Stingray visant à se doter de drones de combat furtifs embarqués sur ses porte-avions. En 2016, la marine annonce un changement d'objectif et assigne à ses drones un rôle de ravitaillement en vol et de surveillance/reconnaissance, toujours embarqué sur un porte-avion. Le programme est nommé Carrier Based Aerial Refueling System (CBARS), le drone recevant plus tard la dénomination MQ-25A. Il est prévu que chaque porte-avions embraquera une dizaine de MQ-25 pour ces missions, en complément des avions de combat F/A-18 Super Hornet. Les premiers devant entrer en service en 2023.

Boeing a remporté ce marché sur ses deux concurrents pour ce projet : Lockheed-Martin et General Atomics Aeronautical Systems. Ces deux sociétés avaient choisi de ne pas construire de prototype avant l’annonce de la signature du contrat par l’US Navy. En revanche, Boeing avait fait le choix de construire un premier prototype et de commencer ses tests au sol avant l’annonce finale de la marine américaine. Ce prototype n’a pas encore pris l’air.

https://nsm09.casimages.com/img/2018/09/12//18091210565910968215889055.jpg
Le prototype du MQ-25 de Boeing en essais de roulage sur une piste simulant celle d'un porte-avion, enjuin dernier.

Boeing a perdu de nombreux contrats ces dernières années, notamment celui du B-21, le bombardier de frappe à long rayon d’action (Long Range Strike Bomber) programme remporté par Northrop-Grumman en 2015. De même, la proposition de Boeing pour le nouveau chasseur F-35 américain, le Joint Strike Fighter, avait été délaissée au profit de Lockheed Martin en 2001. Une conséquence est que le chiffre d’affaire de la compagnie Boeing dans le domaine militaire, a chuté d’un tiers passant de 32,1 milliards de dollars en 2007 à 21,1 milliards de dollars en 2017. Une chute intenable plus longtemps.

Phil Finnegan, directeur des analyses prospectives chez Teal Group Corporation à Fairfax en Virginie, déclare : « C’était une priorité absolue pour Boeing de remporter ce programme. Ce succès leur donne de la visibilité dans le domaine des avions sans pilotes volant à moyenne altitude sur de longues missions. C’est un segment en plein essor pour longtemps.»

En effet, le marché des drones de moyenne altitude et assurant des vols de très longue durée devrait devenir dans les prochaines années le second segment de ventes de drone. On estime ce marché à 22,2 milliards de dollars d’ici à 2026. Le segment principal sera celui des drones de combat qu’on estime à 27 milliards de dollars sur la même période.

Il faut cependant rappeler que la filiale BDS de Boeing a récemment remporté d’autres contrats auxquels celui du drone MQ-25 vient s’ajouter. Boeing a vendu 28 F-18 Super Hornet au Koweït, trois P-8 Poseidon à la marine américaine et, tout récemment, a signé une commande avec l’USAF de 58 avions à ailes basculante V-22 Osprey. M. Finnegan estime que le chiffre d’affaire de BDS pour 2018 devrait être supérieur de 4,3% par rapport à celui de 2017.

Les drones Boeing MQ-25 seront assemblés dans ses usines de St. Louis, Missouri, là où il fabrique les F/A-18, EA-18G et les F-15. Le premier prototype construit du MQ-25 devrait très bientôt effectuer son premier vol, mais Boeing n’a communiqué aucune date pour le moment.

Le programme MQ-25 répond à un nouveau besoin stratégique de l’US Navy. Le groupe d’une dizaine de MQ-25 embarqué sur chaque porte-avion aura comme mission le ravitaillement en vol des F-35C Lightning II, des F/A-18 Super Hornet et des EA-18G Growler de ce même porte-avion. La marine américaine souhaite ainsi pouvoir éloigner d’autant ses porte-avions des zones de conflit. En effet, le Renseignement a révélé que des adversaires potentiels comme la Russie ou la Chine ont développé des missiles mer-mer et air-mer dangereux pour ses unités de surface. Cette menace oblige donc à éloigner les porte-avions le plus possible de la zone de combat, idéalement au-delà du rayon d'action de ses avions embarqués.

Néanmoins, pour le moment, il n’est pas du tout certain que la marine américaine honorera bien sa commande de 72 drones MQ-25. La Navy est connue pour être très conservative et beaucoup de ses officiers supérieurs ne voient pas d’un bon œil l’introduction massive de drones sur les porte-avions. Surtout le programme MQ-25 a eu jusqu’à présent une histoire plutôt alambiquée qui augure assez mal de l’avenir. Le programme MQ-25 a été lancé en 2010 pour un drone embarqué de surveillance et de combat, puis au cours des années il a été changé pour un drone de ravitaillement en vol, ce qui n’est pas vraiment une « petite » modification... La Navy a donc changé le concept de ce drone de nombreuses fois. Beaucoup d’observateurs sont devenus très sceptiques et craignent que la marine américaine s’en désintéresse à court terme, ce qui entraînerait l’arrêt du programme MQ-25 tout simplement. Mais M. Finnegan conclut : « Même si la marine n’achète finalement aucun MQ-25, le développement de ce programme est une réussite commerciale pour Boeing en le positionnant sur un segment de drones militaires d’où il était jusqu’à présent absent ».


ouaf ouaf ! bon toutou !!

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Maintenance informatique Lausanne