#701 [↑][↓]  30-05-2019 08:26:33

Tim
Pilote confirmé
Date d'inscription: 26-09-2010
Renommée :   

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Ah bah je l'attends avec impatience celui-là ! wink

Amic

Tim

Hors ligne

 

#702 [↑][↓]  30-05-2019 09:34:17

bricedesmaures
Commandant de bord
Date d'inscription: 02-12-2015
Renommée :   29 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Yes !

Sur la photo précédente on ne distingue pas très bien une particularité de ce 737 MAX 200 de Ryanair: c'est une version de même taille que le MAX 8, mais il possède 2 issues de secours de plus, situées à l'arrière de l'aile et des portes arrières. La raison est l'augmentation du nombre de passagers qui passe de 189 à 197 (+8) et aussi sans ajouter de PNC supplémentaire.


Le premier MAX 200 de Ryanair en construction à Renton:

https://nsa40.casimages.com/img/2019/05/30/190530092720461420.jpg


Version cabine de Ryanair:

https://nsa40.casimages.com/img/2019/05/30/190530092720771113.jpg

Dernière modification par bricedesmaures (30-05-2019 09:35:26)


L'expérience, c'est le nom que chacun donne à ses erreurs. Oscar Wilde

Hors ligne

 

#703 [↑][↓]  30-05-2019 10:06:24

NezHaut
Copilote
Date d'inscription: 09-01-2018
Renommée :   10 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Même principe que sur les 319 "haute densité" d'Esayjet (entre autres).


Tim

"If flying were le language of man, soaring would be its poetry."
"Think positive, flaps negative !"

Hors ligne

 

#704 [↑][↓]  30-05-2019 10:14:57

HB-ZER
Copilote
Lieu: Suisse LSGN
Date d'inscription: 25-06-2011
Renommée :   

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Le CEO de Boeing présente ses excuses aux familles des victimes.

Le CEO de Boeing a présenté ses excuses aux familles des victimes de deux crashes dans lesquels le 737 MAX est impliqué, qui ont fait 346 victimes, l’avion ne devant pas selon l’IATA être de retour dans le ciel avant 10 à 12 semaines. Il aussi évoqué le lancement du NMA, nouvel avion visant le Middle of Market, et le 777X dont le premier vol pourrait avoir lieu fin juin.

Dans un entretien accordé à CBS News le 29 mai 2019, Dennis Muilenburg a déclaré qu’il s’excuse « personnellement » auprès des familles des victimes des accidents de Lion Air et Ethiopian Airlines : « pendant mes 34 années chez Boeing, de tout ce qui m’est arrivé cela a eu le plus grand impact sur moi. Nous nous sentons très mal à propos de ces accidents. Et nous nous excusons pour ce qui s’est passé. Nous sommes désolés pour les pertes en vies humaines dans les deux accidents. Et cela ne changera jamais. Ce sera toujours dans nos pensées ». Le dirigeant a ajouté que « malheureusement, je ne peux rien changer à ce qui s’est passé. Je le ferais si je pouvais. Mais ce à quoi je peux m’engager, c’est que notre société fera tout ce qui est en son pouvoir pour assurer la sécurité ». La majorité des interventions publiques de Dennis Muilenburg avaient jusque là porté sur la recherche des raisons des deux crashes en octobre et mars dernier, à la mise à jour dévoilée fin mars du système anti-décrochage MCAS mis en cause dans les deux cas (« nous avons clairement échoué, et la mise en œuvre de l’alarme AOA Disagree était une erreur », a-t-il admis hier), et à rassurer clients et actionnaires. Il a par ailleurs affirmé qu’il mettrait « sans hésitation sa famille à bord des 737 MAX ».

L’immobilisation au sol des 371 Boeing 737 MAX entrés en service, depuis le mois de mars, ne devrait pas prendre fin avant « 10 à 12 semaines », a estimé de son côté Alexandre de Juniac, directeur général de l’IATA (Association Internationale du Transport Aérien). La décision « est entre les mains des différents régulateurs et agences responsables de la certification », a-t-il ajouté, précisant qu’une nouvelle réunion entre Boeing et ces régulateurs devrait être organisée d’ici 5 à 7 semaines « pour faire le point » et préparer le retour dans les airs du monocouloir remotorisé – après celle du 23 mai qui n’avait débouché sur aucune annonce. L’IATA semble donc confirmer les estimations des compagnies aériennes en particulier aux USA, où les MAX sont – provisoirement – réapparus dans les programmes de vol au mois d’aout. M. de Juniac a aussi exprimé le souhait que tous les régulateurs signalent « à l’unisson» le feu vert au redécollage des 737 MAX, mais exige en même temps une « transparence absolue» sur les arguments retenus pour ce feu vert.

Côté compensations des opérateurs, l’Association chinoise du transport aérien (CATA) a estimé à 580 millions de dollars le coût supporté par les treize compagnies du pays forcées de clouer au sol leurs 737 MAX ou affectées par l’interruption des livraisons – si l’interdiction de vol est levée au 30 juin selon ATW. Les treize ont déposé des demandes de compensation, y compris Air China, China Eastern Airlines et China Southern Airlines. En Europe, Ryanair aurait selon The Irish Independent obtenu « des millions de dollars » de Boeing pour le retard de livraisons de ses premiers 737-8 200, attendus au printemps mais désormais programmés en novembre ; aucune des deux parties n’a commenté. Toutes ces compensations pourraient prendre la forme de support à la formation, de maintenance ou de modifications dans les dates de livraison (avancées ou reculées selon les besoins individuels), mais aussi dans certains cash « du cash », a expliqué Dennis Muilenburg.

Source.


"Chaque décollage est facultatif mais chaque atterrissage est obligatoire !"

Hors ligne

 

#705 [↑][↓]  07-06-2019 23:20:44

Mercure
Elève Pilote
Date d'inscription: 02-05-2015
Renommée :   

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Un article intéressant. Même si cela ne change pas le fond du problème et la difficulté de sa solution.
Cela ne va pas quand même pas aider la défense de Boeing. (A mon avis ils vont finir par embaucher Obama et Bush)

https://www.seattletimes.com/business/b … ntil-2020/

En synthese B savait depuis 2017 qu'il y avait un pb avec un signal lumineux de désaccord entre les deux sondes AOA qui ne marchait pas, mais avait planifié une résolution pour 2020 (arrivée du MAX10). Et ils ne l'avaient pas dit. Etonnant quand même, bien que cet indicateur là avait apparemment essentiellement pour but de prévenir les mecanos en charge de la maintenance.

Hors ligne

 

#706 [↑][↓]  11-06-2019 14:54:57

philouplaine
Copilote
Lieu: Toulouse
Date d'inscription: 07-06-2010
Renommée :   55 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Bonjour cher(e)s ami(e)s,
Je vous ai traduit un court article publié par FlightGlobal sur les dernières infos qu'ils ont collecté auprès des compagnies aériennes américaines utilisatrices du Boeing 737 MAX.
Le moral y est plutôt bon, semble-t-il.
J'espère que ce texte va vous inétresser.
Bonne lecture,
Philippe


American Airlines vise le retour en service commercial de ses 737 MA en septembre
SOURCE: Flight Dashboard, Edward Russell, Washington DC, 9 juin 2019


Alors que le délai de reprise des vols des Boeing 737 MAX continue d’agiter le monde de l’aviation civile, American Airlines n’a retiré ses Boeing 737 MAX du service commercial que jusqu’en septembre prochain.

Le transporteur texan, basé à Fort Worth, a annoncé, aujourd’hui samedi 8 juin, avoir retiré ses 24 Boeing 737 MAX de ses plannings de vol jusqu’au 3 septembre 2019, pas au-delà. cela revient à l’annulation de 115 vols chaque jour.

Dans un communiqué, American Airlines annonce que : "La compagnie reste confiante que l’imminente mise à jour du logiciel à bord du Boeing 737 MAX ainsi que les éléments de la nouvelle qualification des pilotes sur cet appareil que Boeing développe en collaboration avec nos partenaires du syndicat des pilotes d’American Airlines, va aboutir à la recertification très prochaine de cet avion (...) American Airlines est très heureuse de voir l’étendue des progrès déjà faits."

https://nsm09.casimages.com/img/2019/06/11//19061102522710968216269973.jpg

American Airlines annonçait il y a quelques temps une levée de l’interdiction de vol des 737 MAX le 19 août prochain. © American Airlines


Boeing a terminé la mise à jour du logiciel de bord du MAX. En revanche, les agences de régulation doivent d’abord prendre le temps d’examiner puis de tester ce nouveau logiciel avant de recertifier l’avion. C’est ainsi que M. Daniel Elwell, l’administrateur de la FAA, a pour l’instant toujours refuser d’indiquer une date de reprise des vols du 737 MAX.

Les compagnies Southwest et United Airlines ont aussi retiré leurs Boeing 737 MAX de leurs programmes de vol, jusqu’au début d’août. Le PDG d’United, M. Scott Kirby, a déclaré à des journalistes qui l’interviewaient le 5 juin dernier, que la compagnie United n’avait que deux petites semaines devant elle avant de décider ou non de la reprise des vols an 737 MAX à partir du 3 août prochain.

Il a ainsi déclaré : "Je ne sais vraiment pas quand le 737 MAX reprendra son service commercial. Ce que je sais c’est que l’avion ne va pas revoler avant que les modifications introduites aient été examinées et que toutes les agences de régulation dans le monde soient entièrement satisfaites et certaines que le nouvel avion est totalement sûr."

En mars dernier au moment de l’interdiction de vol des 737 MAX ? United exploitait 14 Boeing 737 MAX 9. Le directeur général de la compagnie, M. Oscar Munoz, a déclaré à Flightglobal en mai dernier que même si la compagnie prévoyait le retour en service commercial des 737 MAX était leur top-priorité, la compagnie avait demandé des compensations financières à Boeing pour le manque à gagner dû à l’interdiction  de vol de ses 737 MAX.

Southwest Airlines dispose de 34 Boeing 737 MAX 8, tous cloués au sol depuis mars dernier. La compagnie a  annoncé il y  quelques jours qu’elle escomptait les remettre en service commercial le 1er août prochain.


ouaf ouaf ! bon toutou !!

Hors ligne

 

#707 [↑][↓]  11-06-2019 15:52:55

bricedesmaures
Commandant de bord
Date d'inscription: 02-12-2015
Renommée :   29 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Merci. La remise en service de chaque MAX stocké prendra environ 120 heures de travail. Les procédures sont prévues et documentées par Boeing de la même façon que pour le stockage et le fonctionnement régulier de l’avion (démarrage moteurs, fonctionnement hydrauliques des volets et commandes de vol, etc)

La seule difficulté sera l'éventuelle séance de simu pour la formation aux différences NG/MAX. Peu de simus et nombreux pilotes vu qu’il y a biqualification NG et MAX.


L'expérience, c'est le nom que chacun donne à ses erreurs. Oscar Wilde

Hors ligne

 

#708 [↑][↓]  11-06-2019 17:00:46

Tim
Pilote confirmé
Date d'inscription: 26-09-2010
Renommée :   

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

bricedesmaures a écrit:

Yes !

Sur la photo précédente on ne distingue pas très bien une particularité de ce 737 MAX 200 de Ryanair: c'est une version de même taille que le MAX 8, mais il possède 2 issues de secours de plus, situées à l'arrière de l'aile et des portes arrières. La raison est l'augmentation du nombre de passagers qui passe de 189 à 197 (+8) et aussi sans ajouter de PNC supplémentaire.


Le premier MAX 200 de Ryanair en construction à Renton:

https://nsa40.casimages.com/img/2019/05 … 461420.jpg


Version cabine de Ryanair:

https://nsa40.casimages.com/img/2019/05 … 771113.jpg

D'ailleurs, ce changement de configuration entraîne un changement de procédure pour le personnel de cabine qui ne seront plus 2 à l'avant et 2 à l'arrière, mais 2 à l'avant, 1 arrière centre, 1 à l'arrière.

Amic

Tim

Hors ligne

 

#709 [↑][↓]  11-06-2019 23:32:46

Mercure
Elève Pilote
Date d'inscription: 02-05-2015
Renommée :   

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Sans vouloir être trop désagréable je crois qu'à dire d'experts il était prévu que les Max re-volent fin Mars, puis en Mai, après c'était pour Aout et maintenant Septembre.
Attendons de voir réellement le prochain vol commercial se poser pour être certain de la date.
La président de l'IATA disait pas avant fin d'année je crois, mais on est jamais à l'abri d'une bonne surprise.

Hors ligne

 

#710 [↑][↓]  12-06-2019 09:56:15

bricedesmaures
Commandant de bord
Date d'inscription: 02-12-2015
Renommée :   29 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Ce problème a déjà été évoqué depuis quelques semaines sans que les détails soient communiqués. C’est chose faite avec cette AD (consigne de navigabilité) émise par la FAA et l’EASA.

Le problème rencontré sur quelques centaines de 737 NG et MAX est une fragilisation par l’hydrogène de certains chariots de becs de bord d’attaque. Je n’ai pas ma doc avec moi, mais en cherchant « B 737 slats track » on voit que ce sont eux qui entrainent le mouvement des slats. Ces chariots rentrent dans un logement dans l’aile. C’est ce chariot qui suite à un élément protubérant a perforé le fond du logement sur un 737, perforant ainsi le réservoir carburant après atterrissage et entraînant un incendie spectaculaire et destructeur (de mémoire China Airlines)

The FAA has received a report from Boeing indicating that 148 main slat track assemblies from a set of lot numbers were manufactured incorrectly and are affected by hydrogen embrittlement. Main slat track assemblies that are affected by hydrogen embrittlement have reduced strength. After reviewing information within the report provided from Boeing, the FAA determined on May 22, 2019, that this condition, if not addressed, could result in failure of main slat track assemblies, which could cause the slat to depart and potentially strike the airplane, resulting in injury to airplane occupants and/or preventing continued safe flight and landing


Other Relevant  Potential Rulemaking

The FAA has determined that the identified unsafe condition also exists on Boeing Model 737-8 and -9 (737 MAX) airplanes. Boeing is currently developing service information that will address the unsafe condition for these airplanes. Once this service information is developed, approved, and available, the FAA might consider additional rulemaking.

Pour ceux qui sont de nature inquiète, lisez régulièrement les AD émises par l’EASA, cela recale les gyroscopes wink

AD de l’EASA
,

Dernière modification par bricedesmaures (12-06-2019 11:28:06)


L'expérience, c'est le nom que chacun donne à ses erreurs. Oscar Wilde

Hors ligne

 

#711 [↑][↓]  17-06-2019 15:10:34

philouplaine
Copilote
Lieu: Toulouse
Date d'inscription: 07-06-2010
Renommée :   55 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Bonjour cher(e)s ami(e)s,
Je vous ai traduit un article du Seattle Times d'hier. Leur reporter spécialisé en aéronautique, Dominic Gates, est à Paris pour le Salon du Bourget.
Hier dimanche, il a assisté avec d'autres journalistes, à une conférence du PDG de Boeing dans le salon d'un grand hôtel parisien ... en voici le compte-rendu.
J'espère que ce texte va vous intéresser.
Bonne lecture,
Philippe


Dennis Muilenburg déclare que Boeing viendra au salon du Bourget avec humilité
Par Dominic Gates, Seattle Times, 16 juin 2019


https://nsm09.casimages.com/img/2019/06/17//19061703074610968216276870.jpg
Le PDG de Boeing Dennis Muilenburg lors d'une conférence de presse hier dimanche à Paris.  © Jim Young, The Associated Press


PARIS.
A la veille du Salon de Paris au Bourget, le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, a déclaré hier dimanche que ce salon bisannuel a lieu à un moment décisif pour Boeing. Il a notamment déclaré : "Nous allons à ce Salon avec un focus mis sur la sureté. Je dirai même que nous allons à ce salon avec humilité et pour tirer des leçons."

Comme le constructeur de Seattle est secoué par la crise des 737 MAX, il est probable que les participants du salon au lieu de prendre un siège et de regarder Boeing mener ces affaires, comme ils le faisaient avant, vont prendre le même siège pour voir comment Boeing va s’en sortir.

Lors d’une table-ronde avec la presse dans un grand hôtel parisien, le PDG de Boeing a défendu la manière dont la compagnie avait géré la crise qui a submergé Boeing depuis le second crash d’un 737 MAX il y a trois mois. Il a également insisté sur le fait que la compagnie ayant depuis réitéré son engagement pour "la sécurité, la qualité et la déontologie", Boeing sortira de cette crise comme "une société meilleure et plus forte".

Malgré le fait qu’il n’y ait toujours pas de date annoncée pour la levée de l’interdiction de vol des 737 MAX, M. Muilenburg a annoncé qu’il pensait que le consensus entre les agences de régulation mondiales allait être atteint très bientôt. Il a déclaré à ce propos : "Nos dernières informations montrent que les agences de régulation sont proches d’un accord (...) Il faut le temps nécessaire pour être absolument certain que notre avion est totalement  sûr."

Boeing a mobilisé une partie de ses techniciens dans le but unique d’aider les compagnies aériennes clientes, dès la réception du feu vert pour le 737 MAX, à sortir leurs avions de la naphtaline et à les préparer pour reprendre le service commercial le plus vite possible.

D’après le PDG de Boeing, la crise des 737 MAX va dominer l’ensemble du Salon du Bourget 2019, qui s’ouvre ce lundi à l’aéroport du Bourget à la périphérie de Paris.

M. Muilenburg a insisté auprès des journalistes sur le fait que : "Ce Salon Aérien sera très différent des précédents (...) Nous nous attendons à de nombreuses commandes fermes, vous en entendrez parler pendant toute cette semaine. Mais ces ventes ne sont pas notre priorité à ce Salon. Ce Salon va être un moment décisif pour nous. Ce sera aussi une pause dans cette crise. Nous avons beaucoup réfléchi sur cette crise et nous allons exprimer où en sont nos réflexions. Et nous allons aussi apprendre pendant ce Salon, tout en restant fidèle à nos valeurs fondatrices.

Interrogé par l’un des journalistes, le PDG Muilenburg a défendu l’attitude constante de Boeing de refuser d’endosser la responsabilité et d’accepter tout reproche sur les deux crashs qui ont fait 346 victimes en Indonésie en octobre dernier et en Ethiopie en mars. À ce propos il a déclaré : "Ça a été difficile !" Cependant, il reconnait que Boeing a de façon proactive introduit des changements dans le fonctionnement du module informatique appelé MCAS.

Sur ce point, M. Muilenburg a répété, ce qui est maintenant la réponse officielle de Boeing, qu’un audit interne détaillé du module MCAS original et du processus de sa certification initial a montré que "Tout, à l’origine, avait été fait selon nos critères d’excellence en ingénierie et tout répondait aux critères standards d’examen de la certification". Répondant à une question, il a ensuite ajouté : "Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas l’améliorer (...) Au lieu de regarder en arrière, nous regardons en avant. Que pouvons-nous faire pour améliorer le MCAS toujours plus?"

La modification introduite au fonctionnement du MCAS par Boeing est d’introduire les données provenant de deux senseurs externes au lieu d’un, de faire en sorte que son action sur le plan horizontal de l’empennage soit plus limité que dans la première version, et de faire qu’il ne s’engage qu’une fois et pas de façon répétée comme dans la première version.

Le PDG Muilenburg a déclaré à ce propos : "Nous sommes convaincus que toutes ces améliorations introduites dans le nouveau module MCAS, vont rendre cet avion encore plus sûr. Nous croyons qu’avec de telles améliorations, des accidents comment ceux qui sont survenus ne se reproduiront plus."

La FAA et d’autres agences de régulation dans le monde sont en train d’examiner très minutieusement non seulement les modifications apportées au module MCAS, mais aussi tout le processus suivi par Boeing lors de la première certification des 737 MAX.

Tout changement dans les processus de certification qui sera issu de cet examen intensif sera appliqué non seulement au 737 MAX mais aussi au 777X qui devrait faire son premier vol cet été. M. Muilenburg a dit : "Très certainement, toute amélioration qui nous sera demandée sera mise en œuvre et étendu à d’autres appareils Boeing!"

Interrogé sur l’enquête criminelle en cours que mène le département de la justice sur le 737 MAX, le PDG de Boeing a dit qu’il ne pouvait rien en dire tant que l’enquête était en cours mais que Boeing coopérait pleinement avec les enquêteurs.


ouaf ouaf ! bon toutou !!

Hors ligne

 

#712 [↑][↓]  20-06-2019 10:22:16

philouplaine
Copilote
Lieu: Toulouse
Date d'inscription: 07-06-2010
Renommée :   55 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Bonjour cher(e)s ami(e)s,
Je vous ai traduit un article du Seattle Times d'hier.
Cette fois-ci, il s'agit d'un compte rendu d'une réunion d'un comité de la Chalmre des Représentants où le fameux "Sully" Sullenberger a déposé ... à propos du Boeing 737 MAX.
J'espère que ce texte va vous intéresser.
Bonne lecture,
Philippe



Le célèbre pilote ‘Sully’ Sullenberger dit aux législateurs que la qualification sur Boeing 737 MAX doit passer par le simulateur
Par Steve Miletich, The Seattle Times, 19 juin 2019




https://nsm09.casimages.com/img/2019/06/20//19062010230310968216280138.jpg
Le commandant retraité  Cheslet “Sully” Sullenberger a déclaré devant un Comité de la Chambre sur les Infrastructures et les Transports que lors de leur qualification sur Boeing 737 MAX les pilotes devraient passer par une formation sur simulateur. © Andrew Harnik , The Associated Press


Chesley “Sully” Sullenberger, le légendaire pilote du "Miracle sur l’Hudson" a dit devant un Comité de la Chambre des Etats-Unis qu’avant d’être qualifié sur Boeing 737 MAX, les pilotes devraient suivre une formation sur simulateur.

M. Sullenberg a déclaré notamment : "Nous devrions tous préférer qu’un pilote se confronte à ces situations difficiles de pilotage d’un Boeing 737 MAX d’abord dans un simulateur plutôt que dans la réalité du vol. Se former en lisant des compte rendus sur iPad de ces accidents est très loin d’être suffisant." En effet, pour le moment, Boeing n’envisage pas d’inclure une formation sur simulateur pour la qualification des pilotes sur 737 MAX.

Le constructeur continue d’affirmer qu’une formation sur iPad de deux petites heures est suffisant pour que les pilotes comprennent comment fonctionnement les corrections apportées au module informatique suspect. Les syndicats de pilotes aux Etats-Unis ainsi que le ministre canadien des transports, Marc Garneau, eux, ne l’entendent pas de cette oreille et privilégient une formation obligatoire sur simulateur. Si une telle formation devait être incluse dans le processus de qualification sur 737 MAX, alors cela entraînerait un surcout et un plus long délai qu’actuellement prévus pour le retour en vol des 737 MAX actuellement cloués au sol dans le monde entier.

Lors de sa déposition devant le sous-comité sur l’aviation de la Chambre des Représentants, M. Sullenberger a déclaré : "Ces catastrophes n’auraient jamais dû se produire", faisant référence aux crashs des vols Lion Air et Ethiopian Airlines et les attribuant directement aux défaillances coupables de Boeing et de la FAA dans les processus de conception et de certification du 737 MAX.

Il a continué son témoignage ainsi : "Boeing a introduit le module MCAS dans le logiciel de bord des 737 MAX sans en avertir les pilotes. Il a fallu le premier crash pour que Boeing reconnaisse l’existence de ce module MCAS et en informe les pilotes et les compagnies aériennes! Actuellement, Boeing compte sur des corrections apportées au fonctionnement du MCAS pour que les 737 MAX, tous cloués au sol, soient recertifiés et reprennent le service commercial.

Devant le même sous-comité des représentants, le responsable d’un syndicat de pilote et celui d’un syndicat d’hôtesses et stewards ont totalement soutenu les propos de Sullenberger.

Le commandant Sullenberger, qui est bien connu pour avoir amerri un avion en panne sur le fleuve Hudson en 2009, a insisté auprès des représentants du sous-comité sur le fait que lorsqu’un tel système informatique de contrôle des gouvernes est implanté dans un avion, les facteurs humains doivent être considérés. Le système implanté doit impérativement tenir compte de ces facteurs : combien d’erreurs peuvent être faites avant que les pilotes perdent la main, quelle sorte d’erreur humaine peut être faite et quelles sont les conséquences sur le système d’erreurs humaines s’accumulant.

Après 52 ans passés aux commandes d’avions de tous types, le commandant Sullenberger a dit avec force que  d’après lui "de tels pièges par inadvertance" ne devraient même pas être possibles dans un avion.

D’après lui, "le facteur de surprise" de ce système dans cet avion était réel et puissant dans ses effets, il interférait gravement avec les efforts que les pilotes pouvaient déployer pour retrouver el contrôle de leur avion. Il faisait référence ici à la manière dont la défaillance d’un seul senseur physique a trompé le module MCAS qui s’est mis en action alors qu’il n’y avait aucune raison si ce n’étaient les mesures physiques fausses de l’angle d’attaque de l’avion que lui fournissaient le seul senseur auquel il était relié, ce qui a alors poussé l’avion dans une attitude de piqué irrattrapable par les pilotes qui, par ailleurs, ne comprenaient pas du tout ce qui se passait.

C’est alors que Sullenberger a reconnu devant le comité que, d’après lui, d’autres pilotes auraient répondu comme les pauvres pilotes du vol Lion Air 610. Certains pilotes américains ont été assez véhéments pour rendre responsable de la catastrophe les faibles qualités des pilotes indonésiens et éthiopiens ? Rappelons que 346 passagers et membres d’équipage sont morts dans ces deux catastrophes aériennes.

Interrogé à ce propos, le commandant Sullenberger a nettement indiqué qu’il était très dubitatif sur le fait qu’un pilote américain ait pu répondre correctement à ce dysfonctionnement spécifique du MCAS avant même le second crash.
Témoignant devant ce même comité, le commandant Danile Carey, président du syndicat des pilotes d’American Airlines, a indiqué que le zèle de Boeing pour minimiser le coût de la formation nécessaire pour la qualification des pilotes sur 737 MAX et ainsi donner à cet avion un gros avantage commercial sur ses concurrents a entraîné des erreurs de conception et une formation inadéquate. Le résultat aujourd’hui est une réelle "crise de confiance" des pilotes sur la sécurité de l’appareil.

M. Carey pense qu’une simple formation par vidéo sur iPAd est suffisante pour la qualification, mais il a insisté dans sa déposition sur le fait qu’ensuite, les pilotes de 737 MAX devraient suivre des périodes de remise à niveau sur simulateur.

L’ancien administrateur de la FAA de 2009 à 2011, Randy Babbitt, a reconnu que la "vieille agence" avait fini par trop facilement accepter les changements de conception que Boeing avait introduit au "concept 737" pour faire le MAX. Il a aussi soutenu les propos de Sullenberger sur le fait que la qualification devait contenir une formation sur simulateur. IL a reconnu qu’une forme grave de laisser-aller s’était installée à la FAA année après année qui avait fini par remettre en cause la sécurité.

Mme Sara Nelson, présidente du principal syndicat des hôtesses et stewards, a aussi été très critique vis-à-vis de Boeing et de la FAA dans sa déposition devant les Représentants. Elle  a néanmoins trouvé que Boeing semblait plus échaudé dans sa communication ces derniers. Pour elle, le point crucial c’est que la dotation financière de la FAA était insuffisante.

Au même moment, ce tenait à Dallas une conférence de presse du président du syndicat des pilotes de la compagnie Southwest Airlines, le plus gros client de Boeing pour les 737. Il y a annoncé que la compagnie Southwest allait demander à Boeing des compensations financières pour les pertes dues à l’interdiction de vol des 737 MAX ainsi que le remboursement des coûts liés à l’obligation qu’a eu Southwest de se présenter devant la justice dans le cadre de l’enquête criminelle fédérale en cours contre Boeing.

Par ailleurs on a appris que Boeing devrait déposer devant plusieurs comités de la Chambre des Représentants qui enquêtent sur les crashs indonésien et éthiopien.


ouaf ouaf ! bon toutou !!

Hors ligne

 

#713 [↑][↓]  20-06-2019 15:10:47

CHURCHILL
Copilote
Lieu: LFNR (13)
Date d'inscription: 26-02-2012
Renommée :   

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Merci Philou .
Aprés lecture de tout les rapport des précédents articles j'avais cru comprendre que le passage au simu serait quasi obligatoire et que cette décision appartenait à la FAA après analyse.
Il semblerai que ce soit Boeing qui garde la main sur ce point.  ( - Ou qui veuille la garder, ce qui s'explique parfaitement par la pénurie de simulateur Max - )

Hors ligne

 

#714 [↑][↓]  20-06-2019 15:34:50

bricedesmaures
Commandant de bord
Date d'inscription: 02-12-2015
Renommée :   29 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

CHURCHILL a écrit:

Merci Philou .
Aprés lecture de tout les rapport des précédents articles j'avais cru comprendre que le passage au simu serait quasi obligatoire et que cette décision appartenait à la FAA après analyse.
Il semblerai que ce soit Boeing qui garde la main sur ce point.  ( - Ou qui veuille la garder, ce qui s'explique parfaitement par la pénurie de simulateur Max - )

Non, pas du tout.

C’est la FAA qui définit les standards de qualification pour tous les avions (formes et contenu des formations) . La FAA a présenté il y a qq semaines un « draft » du contenu des formations pour le MAX et ce document ne contenait pas de formation au simu. Il était public et les parties concernées avaient 15 jours pour présenter leurs avis et suggestions. On attend donc la version définitive.


L'expérience, c'est le nom que chacun donne à ses erreurs. Oscar Wilde

Hors ligne

 

#715 [↑][↓]  27-06-2019 10:10:32

philouplaine
Copilote
Lieu: Toulouse
Date d'inscription: 07-06-2010
Renommée :   55 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Bonjour cher(e)s ami(e)s,
Je vous ai traduit un article du New York Times d'hier (et donc de ce matin pour nous).
On y apprend que Boeing doit faire face à un nouveau problème!
Des pilotes d'essai de la FAA se sont retrouvés la semaine dernière, en simulateur, dans une situation de vol irrécupérable sur le 737 MAX équipé du nouveau système MAX corrigé. Apparemment, on ne sait pas avec précision la source du problème mais ils n'ont pas pu reprendre la main sur les actions du MCAS qui amis l'avion en piqué irrécupérable. Vous verrez dans cet article qu'il se pourrait que, cette fois, ce soit une carte électronique de l'ordinateur de bord qui soit en cause dont l'un des composants ralentirait l'action à corriger des pilotes, laissant au MCAS, bienq ue corrigé par Boeing, suffisamment de temps pour perdre l'avion!
J'espère que ce texte va vous intéresser.
Bonne lecture,
Philippe



Les Boeing 737 MAX subissent un retard supplémentaire suite aux essais en simulateur
Par Natalie Kitroeff et Tiffany Hsu, The New York Times, 26 juin 2019



https://nsm09.casimages.com/img/2019/06/27//19062710111010968216288969.jpg

Un Boeing 737 MAX à l’usine Boeing de Renton dans le Washington. Près de 500 avions MAX sont interdits de vol dans le monde. © Ruth Fremson, The New York Times


La FAA a annoncé mercredi 26 juin qu’elle avait identifié un nouveau problème sur les Boeing 737 MAX que le constructeur devra corriger pour que l’interdiction de vol soit levée.

Lors d’un essai en simulateur la semaine dernière, les pilotes de la FAA testaient le déclenchement incorrect du système MCAS, qui pousse le nez de l’avion vers le bas quand il s’enclenche, selon deux personnes impliquées dans ces essais qui ont accepté d’informer le New York Times sous couvert d’anonymat. Le déclenchement inopiné de ce système MCAS est impliqué dans deux crashs récents de 737 MAX qui ont causé la mort de 346 passagers et membres d’équipage.

D’après ces deux personnes, lors de l’un de ces essais en simulateur, les pilotes de la FAA n’ont pas réussi à reprendre le contrôle de l’avion sur le nouveau système MCAS corrigé par Boeing et bien qu’ils aient suivi de près la nouvelle procédure décrite par Boeing. Dans leur rapport sur cet essai, les pilotes de la FAA l’ont qualifié officiellement de "catastrophique", ce qui veut dire que dans le cas d’un vol réel cette situation aurait pu conduire à la destruction de l’avion en plein vol. Il est très improbable que la configuration de vol lors de ce test soit rencontrée lors d’un véritable vol commercial. Mais le régulateur a aussitôt demandé à Boeing de corriger ce problème.

La FAA, dans la conclusion de son rapport sur ce test, a décrit ce problème comme étant : "un risque grave potentiel sur la sécurité de l’avion auquel Boeing doit pallier."

Ce nouveau problème ternit fortement la confiance du public pour les récentes déclarations que le constructeur a faites auprès de la FAA, de ses clients, les compagnies aériennes, et des syndicats de pilotes. Boeing y affirmait que des pilotes bien entraînés pourraient à tout moment facilement reprendre en main toute situation de vol causée par un mauvais fonctionnement du nouveau système MCAS en ne se fiant que sur les procédures d’urgence standards produites par Boeing.

Ce nouveau problème est une nouvelle pierre sur la route de la levée prochaine de l’interdiction de vol  des 737 MAX. près de 500 de ces avions sont actuellement bloqués au sol dans le monde entier depuis mars dernier. Et le constructeur doit faire face à un véritable barrage de questions émises par la FAA et les autres agences de régulation aérienne dans le monde.

Ces dernières semaines, les pilotes de la FAA ont effectué toute une batterie de tests pour évaluer le nouveau système MCAS proposé par Boeing, en partie pour s’assurer que les modifications introduites par Boeing sur le système MCAS ne causent pas d’autres problèmes.

Le problème mis à jour lors de cet essai en simulateur la semaine dernière est lié à la vitesse de traitement des données d’un des composants électronique des ordinateurs de bord. Ce défaut a conduit à ce que l’action à corriger cruciale effectuée par le pilote d’essai de la FAA, pour contrecarrer la défaillance du MCAS, soit retardée par l’ordinateur de bord suffisamment pour que l’avion ne puisse plus être stabilisé.

Les pilotes d’essai de la FAA avaient noté dans tous les essais précédents en simulateur que le temps maximal qu’ils avaient pour récupérer une situation anormale de fonctionnement du nouveau système MCAS était à peine de 40 secondes. Passé ce délai, l’avion était irrécupérable.

Dans une conférence ce mercredi 26 juin, Gordon Johndroe, un porte-parole de Boeing, a déclaré que le constructeur travaillait à une solution informatique qui pourrait "réduire sensiblement la charge de travail des pilotes en empêchant les mouvements intempestifs de l’empennage horizontal." Il a ensuite précisé que Boeing travaille sur une modification du système MCAS depuis 8 mois maintenant. De ses déclarations, il est difficile de dire aujourd’hui si la correction de ce nouveau problème demandera une correction du logiciel ou bien un changement de composants électroniques avec la conception d’une nouvelle carte électronique. Ce dernier cas serait nettement plus couteux pour le constructeur et, surtout, demanderait plus de temps pour être réalisé, reculant d’autant la remise en service commercial de l’avion.
M. Johndroe a précisé que "la sécurité de nos avions est la plus grande priorité chez Boeing (...) Boeing ne présentera pas le 737 MAX modifié pour une certification tant que toutes les exigences de la FAA ne soient satisfaites et que le MAX soit reconnu comme un avion sûr pour reprendre le service commercial."

Pour l’instant, Boeing continue de tout faire pour retrouver sa réputation. Sa crédibilité a été fortement ébranlée suite aux deux crashs de 737 MAX, un vol Lion Air en Indonésie en octobre dernier et un vol Ethiopian Airlines en mars. Boeing doit faire face à une étroite surveillance qui porte surtout sur les méthodes agressives de la direction lors du développement du 737 MAX ainsi que sur de possibles manquements lors de la première certification de cet avion.
Le système informatique MCAS, prévu à l’origine pour ne se déclencher que dans certaines circonstances rarement rencontrées, avait été remanié fortement dans les dernières phases du développement du 737 MAX. Ces remaniements avaient, par un effet domino, conduit à une altération de la sécurité de pilotage, du processus de certification et à une formation des futurs pilotes inefficaces pour faire face aux problèmes de fonctionnement du MCAS. C’en était au point que, lors du début de carrière de l’avion, les pilotes ne savaient même pas que le système MCAS existait. Un témoin lumineux crucial, que Boeing pensait avoir introduit de façon standard dans les 737 MAX, ne fonctionnait que si la compagnie aérienne avait acheté un indicateur optionnel séparé.

Boeing s’est lancé dans une véritable offensive de charme qui se heurte au scepticisme croissant des équipages et des agences de régulation. Au cours d’une audience devant le Congrès, tous les experts en aviation ont critiqué le comportement de Boeing dans cette affaire.

Après des retards successifs, Boeing espérait bien que les 737 MAX pourront reprendre l’air bientôt. Mais le nouveau problème apparu la semaine dernière pourrait bien à nouveau retarder encore de beaucoup plus ce moment. La découverte de ce problème va fortement compliquer les efforts de Boeing pour rassurer ses clients.

Parmi les compagnies aériennes qui s’étaient équipées en 737 MAX, qui rappelons-le était le best-seller du constructeur, beaucoup de compagnies avaient dû annuler de nombreux vols faute d’avions de remplacement. L’interdiction de vol de cet avion s’était répercutée sur le bilan financier du premier trimestre de Boeing par une perte déjà chiffrée à 1 milliard de dollars, alors que la crise ne faisait que s’installer. L’horizon financier de Boeing est devenu très flou.

Et malgré tout, le ciel s’est soudainement éclairci pour Boeing lors du denrier salon du Bourget. La holding International Airlines Group, qui contrôle British Airways notamment, lui a lancé un fort signal d’encouragement et de confiance en achetant 200 Boeing 737 MAX en pleine crise. Cet achat, cependant, s’est fait sur la base d’une réduction significative du prix de l’avion.


ouaf ouaf ! bon toutou !!

Hors ligne

 

#716 [↑][↓]  27-06-2019 11:28:14

bricedesmaures
Commandant de bord
Date d'inscription: 02-12-2015
Renommée :   29 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Merci de ce suivi régulier.

Cependant, ce n'est pas que les pilotes d'essai au simulateur n'ont pas pu récupérer l'avion, mais que cela prenait trop de temps pour le récupérer.


L'expérience, c'est le nom que chacun donne à ses erreurs. Oscar Wilde

Hors ligne

 

#717 [↑][↓]  27-06-2019 12:07:36

pierrot78
Copilote
Lieu: LFPZ (enfin, pas loin)
Date d'inscription: 07-09-2009
Renommée :   11 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Il y a tellement de 737 max groundés qu'à Renton ils sont obligés d'en mettre sur les parkings du personnel

https://i75.servimg.com/u/f75/18/71/54/30/73710.jpg


http://nsm08.casimages.com/img/2013/12/02//13120203403615745611785033.jpg

Hors ligne

 

#718 [↑][↓]  27-06-2019 12:15:30

bricedesmaures
Commandant de bord
Date d'inscription: 02-12-2015
Renommée :   29 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

pierrot78 a écrit:

Il y a tellement de 737 max groundés qu'à Renton ils sont obligés d'en mettre sur les parkings du personnel

https://i75.servimg.com/u/f75/18/71/54/30/73710.jpg

On voit que sur ton extrait d’une vidéo, que des plaques de renfort (répartition des charges) ont été placées sur ce parking automobile.

Avec 42 avions par mois sortis de l’usine de Renton dont le parking est très très limité est largement saturé. Il y a d’autres endroits de stockage très loin de Seattle, sur des ancienne ou actuelles base USAF qui ont de grands espaces de parking.

De plus, le climat désertique de plusieurs sites aide au stockage.

Edit post apéro, même le site de Boeing Field et d’Everett sont déjà pleins.

Dernière modification par bricedesmaures (27-06-2019 12:39:36)


L'expérience, c'est le nom que chacun donne à ses erreurs. Oscar Wilde

Hors ligne

 

#719 [↑][↓]  27-06-2019 14:53:38

NEPTUNE6P2V7
Pilote Virtuel
Membre donateur
Date d'inscription: 26-08-2009
Renommée :   103 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Bien le stockage , mais le serpent se mort la queue si ils peuvent pas voler , comment aller les parquer  sur une autre plateforme  .. merlot

Hors ligne

 

#720 [↑][↓]  27-06-2019 14:58:34

NezHaut
Copilote
Date d'inscription: 09-01-2018
Renommée :   10 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

NEPTUNE6P2V7 a écrit:

Bien le stockage , mais le serpent se mort la queue si ils peuvent pas voler , comment aller les parquer  sur une autre plateforme  .. merlot

Ca a déjà été indiqué dans ce post... wink
Il y a des dérogation pour les vols à vide. Il y a d'ailleurs eu récemment une histoire avec un MAX de Norwegian je crois qui s'est posé en France suite au refus de survol de l'Allemagne.


Tim

"If flying were le language of man, soaring would be its poetry."
"Think positive, flaps negative !"

Hors ligne

 

#721 [↑][↓]  27-06-2019 16:17:26

NEPTUNE6P2V7
Pilote Virtuel
Membre donateur
Date d'inscription: 26-08-2009
Renommée :   103 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

NezHaut a écrit:

NEPTUNE6P2V7 a écrit:

Bien le stockage , mais le serpent se mort la queue si ils peuvent pas voler , comment aller les parquer  sur une autre plateforme  .. merlot

Ca a déjà été indiqué dans ce post... wink
Il y a des dérogation pour les vols à vide. Il y a d'ailleurs eu récemment une histoire avec un MAX de Norwegian je crois qui s'est posé en France suite au refus de survol de l'Allemagne.

Sympa un vol à (VIDE) avec dérogations........... zont bien fait les Teutons .. FR accepte tout ............?

Hors ligne

 

#722 [↑][↓]  27-06-2019 16:26:29

NezHaut
Copilote
Date d'inscription: 09-01-2018
Renommée :   10 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

La situation était probablement un peu plus compliquée que ça. Un laisser passer est un laisser passer. Chaque pays est libre de l'accepter ou non, mais le refus ne se fait généralement pas une fois l'avion en vol...
L'Espagne, la France et la Suède (au moins) avait accepté le vol. Seule l'Allemagne l'a refusé, pour une raison qui m'est inconnue, les journalistes ayant une capacité phénoménale à oublier un évènement 5 minutes après avoir publié...

Dernière modification par NezHaut (27-06-2019 16:27:13)


Tim

"If flying were le language of man, soaring would be its poetry."
"Think positive, flaps negative !"

Hors ligne

 

#723 [↑][↓]  27-06-2019 16:27:42

bricedesmaures
Commandant de bord
Date d'inscription: 02-12-2015
Renommée :   29 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

L’avion venait d’Espagne pour aller en Suède à vide. Devant le refus des allemands, il a du tourner un peu puis est allé se poser à Vatry. Dysfonctionnement dans les autorisations.


L'expérience, c'est le nom que chacun donne à ses erreurs. Oscar Wilde

Hors ligne

 

#724 [↑][↓]  27-06-2019 16:43:16

NEPTUNE6P2V7
Pilote Virtuel
Membre donateur
Date d'inscription: 26-08-2009
Renommée :   103 

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

Bien au moins on a évité une autre cata sur la plaque tech-teutonique

Dernière modification par NEPTUNE6P2V7 (27-06-2019 16:44:18)

Hors ligne

 

#725 [↑][↓]  27-06-2019 18:48:07

CHURCHILL
Copilote
Lieu: LFNR (13)
Date d'inscription: 26-02-2012
Renommée :   

Re: [Réel] Crash d'un Boeing 737 MAX d'Ethiopian Airlines après décollage

bricedesmaures a écrit:

Merci de ce suivi régulier.

Cependant, ce n'est pas que les pilotes d'essai au simulateur n'ont pas pu récupérer l'avion, mais que cela prenait trop de temps pour le récupérer.

Le résultat est le même ! En situation d'urgence le temps c'est la vie .

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Maintenance informatique Lausanne